Communiqué – GPA : une seule solution, l’abolition (Bilan mobilisation du 10 mai)

Publié le

logo

Tous nés d’un homme et d’une femme

COMMUNIQUE DE PRESSE

 10mai

GPA : une seule solution, l’abolition

40 actions à travers la France et une demande de rendez-vous avec François Hollande pour avancer concrètement et traduire en actes les engagements pris par le Président de la République et Manuel Valls il y a quelques mois.

En cette journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage, les équipes de La Manif Pour Tous se sont mobilisées pour dénoncer le scandale de la GPA (Gestation Par Autrui) qui bafoue les libertés, les droits et la dignité des femmes et des enfants. Cette nouvelle forme d’esclavage doit cesser. Nous ne pouvons nous contenter d’une interdiction de la GPA en France, nous devons nous mobiliser pour obtenir l’abolition universelle de la Gestation Par Autrui, c’est à dire le recours à une mère porteuse. La grossesse n’est pas un business.

Dans une quarantaine de villes, les dirigeants locaux de La Manif Pour Tous ont demandé à rencontrer le préfet pour lui remettre une lettre co-signée par Ludovine de La Rochère, Présidente du mouvement, invitant les pouvoirs publics à s’engager fermement contre toute forme de GPA. Ces actions se sont déroulé notamment à Nantes, Rennes, Lille, Pau, Bordeaux, Marseille, Montpellier, Toulouse, Rodez, Cambrai, Orléans, Brest, Clermont-Ferrand, Epinal, Blois, Soissons, Saint Brieuc… À Paris, en marge de la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage présidée par François Hollande, Albéric Dumont, Vice-Président de La Manif Pour Tous, a pu s’entretenir avec Isabelle Sima, Chef de cabinet du Président de la République. Il lui a fait part de la volonté des dirigeants du mouvement social de La Manif Pour Tous de rencontrer une nouvelle fois François Hollande pour travailler ensemble, dans un esprit de construction, pour défendre les droits et la dignité des femmes et des enfants qui ne doivent plus faire l’objet de contrats. L’objectif est de donner une suite concrete aux engagement pris par Manuel Valls, au nom du Président de la République et de son gouvernement, pour s’opposer à la GPA? Pratique indigne et inacceptable. « Les raisons pour lesquelles une nette majorité de Français refusent la GPA dépassent les clivages droite/gauche » explique Ludovine de La Rochère. Selon un sondage Opinion Way réalisé du 3 au 5 mai, 6 Français sur 10 considèrent que la gestation pour autrui risque d’avoir des conséquences psychologiques négatives pour la mère. Cette proportion est encore plus forte chez les sympathisants Les Républicains qui sont près de 3 sur 4 à dénoncer ces risques pour la mère. Ils sont également une très large majorité chez les sympathisants du Modem (56%), du PS (57%) et du FN (61%). La même tendance est observée à propos des risques pour l’enfant qui sont pointés du doigt par 66% des sympathisants du Modem et des Républicains, et 58% des sympathisants du FN.

A propos du choix de se mobiliser en ce jour de commemoration de l’abolition de l’esclavage

Pourquoi une mobilisation contre la GPA en ce 10 mai, jour de commémoration de l’abolition de l’esclavage ? Certains observateurs n’ont pas manqué de s’en étonner et parfois même en le dénonçant avec force, laissant entendre que La Manif Pour Tous exagère. Il est important de rappeler que comme l’indique la Convention contre l’esclavage de 1926, «L’esclavage est l’état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux ». Ainsi, même si c’est une forme d’esclavage différente et moins visible que celle du commerce triangulaire, la pratique des mères porteuses est clairement de nature esclavagiste.

Si elle n’est pas exagérée, l’opposition de La Manif Pour Tous à la GPA en tant que nouvelle forme d’esclavage n’est pas non plus isolée. Et là encore, les clivages traditionnels volent en éclats. Comme le rappelait à juste titre Sylviane Agacinski il y a quelques mois, « une personne n’est pas une chose ou un animal. Elle ne peut pas être vendue ou donnée, ses organes ne peuvent être achetés, tout comme les liens de filiation. On encadre l’esclavage ? Non. Une chose indigne ne s’encadre pas. »

Figure emblématique de l’opposition parlementaire de gauche au mariage pour tous mais aussi à la procréation médicalement assistée (PMA) et à la GPA, Bruno-Nestor Azérot prononce en 2013 à l’Assemblée nationale un discours très remarqué sur le sujet. Le député de Martinique est aussi le cofondateur d’Esprit civique, courant visant à « remettre la personne au cœur de la gauche ». « Où est le progrès social ? », s’interroge-t-il alors à la tribune avant de poursuivre : « Comment voulez-vous qu’un homme dont les ancêtres ont été vendus et chosifés ne soit pas inquiété par cela ? C’est parce que je suis un homme de gauche que je préfère l’humain et l’humanisme à ce que sous-entend ce texte. » Pour Bruno-Nestor Azérot, la GPA insulte les longues années de lutte pour l’émancipation de la femme. Le député martiniquais estime que « la société actuelle n’a jamais été aussi libérale quant à ses principes économiques, si chers à la droite, ni aussi libérale de même, à gauche cette fois, quant à l’affirmation de l’individualisme sociétal, notamment concernant les questions de mœurs ou d’éthique ».  Bruno Nestor Azérot a par ailleurs apporté son soutien sur Twitter à la mobilisation de La Manif Pour Tous en ce 10 mai.

Sources :