Le Figaro – «L’autoconservation des ovocytes aggraverait la dépendance des femmes à la technique»

Publié le

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Le Comité d’éthique se dit favorable à la possibilité de cryogéniser ses propres ovocytes en vue d’une grossesse future. Pour Marianne Durano, cette technique risque de renforcer la pression que subissent les femmes, sommées de choisir entre la maternité et leur vie professionnelle.


Ancienne élève de l’École Normale supérieure et agrégée de philosophie, Marianne Durano est professeur en lycée. Elle est rédactrice à la revue Limite et vient de publier Mon Corps ne vous appartient pas (Albin Michel, 2018).



FIGAROVOX.- Dans son avis rendu mardi, le CCNE ouvre la voie à une autoconservation par congélation de ses propres ovocytes. Pourtant, dans un avis précédent, il s’y était refusé compte tenu des nombreux risques que présente cette technique…

Marianne DURANO.- La raison d’être du CCNE est d’émettre des réserves qui seront bafouées lors de son prochain rapport. C’était déjà le cas avec l’extension de la PMA, et le CCNE récidive sur la question de l’autoconservation des ovocytes. Dès lors qu’on accepte l’idée d’une «révision» systématique des lois bioéthiques, on tolère l’idée que ce qui était impensable il y a peu devienne légitime aujourd’hui: le CCNE se condamne ainsi à n’être qu’une caisse enregistreuse des évolutions sociétales. Ses avis sont toujours déjà caducs. Il est évident que cette logique vaut également pour la pratique des mères porteuses ou l’insémination post mortem, aujourd’hui condamnées par le CCNE avec autant de vigueur que l’était hier l’autoconservation des ovocytes. (…)

Lire la suite

Source :
http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2018/09/28/31003-20180928ARTFIG00214-l-autoconservation-des-ovocytes-aggraverait-la-dependance-des-femmes-a-la-technique.php