L’impasse de la PMA pour toutes au Parlement

Publié le

Les députés, qui entament, mardi, la troisième lecture du projet de loi, restent divisés sur la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

« Nous sommes repartis non pas pour un bis repetita mais un ter repetita », ironise, non sans amertume, la présidente de la commission spéciale sur le projet de loi de bioéthique, Agnès Firmin Le Bodo. L’Assemblée nationale se penche, mardi 1er juin, au soir, sur la troisième lecture de ce projet de loi.

Depuis juillet 2019, les députés de la majorité cherchent le consensus avec leurs homologues du parti Les Républicains (LR) et la droite sénatoriale. Mais les désaccords sont toujours aussi profonds et le débat reste entier concernant la légalisation de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Comme en témoigne le millier d’amendements déposés sur cette troisième lecture en commission.

La mesure n’a pas survécu à l’épreuve de la navette parlementaire. Début février, le Sénat a supprimé en deuxième lecture le premier article, qui prévoyait l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes, le remplaçant par l’affirmation suivante : « Il n’existe pas de droit à l’enfant. » Aujourd’hui, le texte de 34 articles revient, après l’échec cinglant de la commission mixte paritaire, le 17 février.

Lire la suite sur le site de Le Monde