Projet de réforme des retraites : la maternité ne doit pas pénaliser les femmes

Publié le

Le comble, c’est que la réforme envisagée va même à l’encontre d’une incitation à la natalité puisque les femmes qui ont eu des enfants et travaillé toute leur vie n’auraient elles aussi leur retraite à taux plein qu’à partir de 64 ans. Ainsi, le fait d’avoir eu des enfants n’entrerait même pas en ligne de compte !

Ces femmes, qui auront eu des enfants ET travaillé toute leur vie devraient donc, en outre, cotiser davantage que les autres. Cette réforme fragilise ainsi la place de la mère dans le monde du travail puisqu’elle oppose la possibilité d’avoir des enfants à la retraite complète. Dans leur intérêt comme dans celui de l’ensemble de la société, la maternité ne doit pas pénaliser les femmes, bien au contraire !

Outre l’injustice évidente qu’elle représente, cette mesure est doublement aberrante : d’abord parce que ce sont justement les enfants qu’elles ont eu qui financent déjà (pour une partie d’entre eux) et qui financeront (tous) les retraites de tous les Français ; ensuite parce qu’en étant une contre-incitation à avoir des enfants, cette mesure contribuera à accentuer le déficit des naissances, lequel conduira à la nécessité d’autant plus rapide d’une nouvelle réforme.

La Manif Pour Tous appelle Emmanuel Macron à faire revoir urgemment ce projet de loi, non seulement pour les mères qui auront travaillé toute leur vie, mais aussi, plus largement, pour tout ce qui concerne les droits familiaux, dont les pensions de réversion. Celles-ci, en effet, concernent tout particulièrement les femmes qui se seront consacrées à l’éducation de leurs enfants et ce, au profit de l’ensemble de la société. Cette réforme doit être l’occasion d’adapter le système des retraites et le monde du travail à la maternité et ce, encore davantage au moment où la natalité est en berne.