Salon désir d’enfant à Paris : « le business de la GPA en toute impunité »

Publié le

Le Salon Désir d’enfant a annoncé son retour en septembre prochain à Paris. Pour cette troisième édition en France, ses organisateurs prévoient de rassembler les principaux acteurs internationaux du business de la procréation assistée : agences, cliniques privées, entreprises et intermédiaires. Il reprend en cela la même formule utilisée depuis 6 ans en Allemagne et bientôt à Amsterdam, New Delhi et Milan : attirer des commanditaires potentiels de GPA pour les trafiquants d’êtres humains.

Ce faisant, Désir d’enfant se rend coupable du délit d’entremise, délit défini et interdit par la loi française. C’est ce que La Manif Pour Tous a dénoncé dès la première édition du salon, en septembre 2020, en saisissant la justice, en alertant l’opinion publique et en interpellant les politiques, en particulier le Premier ministre et le ministre de la Santé, lesquels n’ont cessé de répéter que « la GPA est leur ligne rouge »…tout en laissant faire.

Nos dirigeants et la justice regardant obstinément ailleurs, La Manif Pour Tous rend publique, sous forme d’un documentaire d’une dizaine de minutes, l’enquête qu’elle a menée pour faire connaître la réalité sordide du salon Désir d’enfant. C’est au cours de cette enquête que, notamment, une commerciale de l’une des agences du salon Désir d’enfant nous a tranquillement expliqué que « les mères porteuses sont des fours pour vos enfants ».Voilà résumé en quelques mots ce que pensent les promoteurs de la GPA des femmes qu’ils exploitent. Olivier Véran, désormais Porte-parole du Gouvernement, féministe revendiqué, réagira-t-il enfin ?

https ://www.youtube.com/watch ?v=r4MW3t_GTHU